Je suis féministe, mais… (Partie 2)

Deuxième partie : «Vive le féminisme sexy!»

imageLe féminisme est dépassé? Pourquoi ne pas le revamper? C’est ce que fait le girl power, apparu dans la foulée de la troisième vague de féminisme. La “prise de pouvoir” qu’il propose passe généralement par l’objectification du corps de la femme et met de l’avant tout ce qui la valorise en tant qu’individu. Par exemple, si la danseuse qui se dandine à moitié nue à côté d’un homme tout habillé dans un vidéoclip se sent en contrôle, il n’en faut pas plus pour qu’on appelle ça du féminisme. Selon la logique de cette tendance, être femme-objet n’a rien de dégradant, puisque c’est un choix personnel. Le girl power, individualisme oblige, fait abstraction du contexte social qui pousse les femmes à objectifier leurs corps. D’ailleurs, on fait souvent un amalgame entre féminisme et succès individuel, comme quand on dit, par exemple, que Madonna et Beyonce sont féministes.

Le mouvement Femen, qui prétend être “le nouveau visage du féminisme”[1], tient aussi à rompre avec cette image de la féministe austère et intellectuelle. Pour ce faire, la co-fondatrice du groupe, Inna Chevchenko, a elle-même recours à un cliché antiféministe : «Le féminisme classique est une vieille femme malade qui ne marche plus.»[2]. Et plusieurs jeunes femmes répondent à l’appel. Le féminisme a un problème d’image? Il n’attire pas assez l’attention des médias? Facile, il suffit de leur présenter ce qu’ils ont toujours voulu, c’est à dire, des corps de femmes jeunes, minces et blanches, pour la plupart. Au lieu de s’affranchir du regard masculin, on cherche à l’alimenter en lui servant la bonne vieille médecine qui a maintes fois fait ses preuves.

Les femmes apprennent très jeunes que pour exister, il faut flatter ce regard. Elles comprennent rapidement que leur plus grande valeur se situe dans leur apparence physique et que cette dernière doit correspondre à des critères bien précis. Il n’y a pas un féminisme, mais des féminismes et il ne faut pas qu’il en soit autrement. Par contre, le féminisme “sexy” n’offre aucune alternative à la dynamique objectifiant – objectifiée. Au contraire, il cherche d’abord et avant tout le regard de l’homme hétérosexuel pour exister. Je me demande si un féminisme qui ne tente pas de sortir de ce moule en est vraiment un.

Troisième partie à venir…

Advertisements

5 avis sur « Je suis féministe, mais… (Partie 2) »

  1. Bonjour Feminada,
    J’imagine que tu fais référence à cet article dont tu ne ressors que les aspects défavorables pour le féminisme: « Beyoncé, Madonna and cie : guerrières ou plaies du féminisme ? » http://www.atlantico.fr/decryptage/beyonce-madonna-and-cie-guerrieres-ou-plaies-feminisme-elodie-mielczareck-sophie-bramly-marie-helene-bourcier-690547.html

    Personnellement, j’ai particulièrement apprécié cette phrase: « Le féminisme institutionnel masque le fait que le féminisme a été et reste une révolution personnelle et sexuelle. » Et J’oserai dire que tu fais la même chose ! Ne dirais-tu pas que les transformations, les révolutions commencent toujours par soi-même, par la conscience de ses propres besoins et des potentialités que nous offre tant notre corps (sexué aussi) que notre conscience et que c’est parce qu’une seule femme noire a décidé de ne plus s’assoir au fond d’un bus que des milliers d’autres l’ont suivi ? Ça prend toujours un déclencheur à ce qui est latent pour voir le jour.

    Tu écris: « Par exemple, si la danseuse qui se dandine à moitié nue à côté d’un homme tout habillé dans un vidéoclip se sent en contrôle, il n’en faut pas plus pour qu’on appelle ça du féminisme. »
    Oserai-je te dire que personne n’appelle cela du féminisme (les féministes le condamne avec force…) et qu’il y a une différence entre « objectivé son corps (dans le sens d’objectivation à des fins de réappropriation) » et faire de son corps un objet de valorisation personnelle (généralement sous l’oeil du le mâle et pour ce dernier)?
    Par exemple, les Femen intègre le contexte social (socio-économique, religieux, etc.) et leur propre corps ne représente pas un « succès individuel » dans un lieu macho mais le « corps féminin » – du moins, elle en donne leur propre représentation de ce corps – contraint sexuellement, religieusement, économiquement, etc., dans l’univers patriarcal.
    Voici donc un petite photo des Femen Québec qui -si tu veux bien tenir compte du contexte social – sont blanches (nous sommes au Québec…) et joliment grassouillettes (nous sommes en Amérique du Nord): https://www.facebook.com/photo.php?fbid=622011454498537&set=a.559061537460196.1073741826.495858983780452&type=1&theater
    Si tu en veux des Femen plus « foncées », je te donnerai des images de Femen venant de pays où les femmes sont plus « foncées »…
    Bon, je ne vais pas me mettre à défendre madonna qui axe surtout son commerce sur la liberté des femmes à jouir comme elles le désirent et à prendre le contrôle par leur sexe, mais encore là, ce qui me dérange le plus, c’est l’aspect commercial… puisqu’on n’éradiquera jamais les relations de pouvoir entre hommes et femmes (entre individus) dans la gestion de leur propre sexualité… et j’oserai dire, tant mieux…

    Tu dis, en parlant du féminisme des Femen: « Au contraire, il cherche d’abord et avant tout le regard de l’homme hétérosexuel pour exister », tu m’expliqueras donc pourquoi de plus en plus de femmes se retrouvent dans ce mouvement (c’est ce que j’ai essayé de comprendre dans mon article, au lieu de regarder ce phénomène à travers les yeux des mâles… comme beaucoup le font… remarque, c’est plus facile, puisque mieux documenté…) et pourquoi la plus grosse réaction contre les Femen se nomment les Homen (ces fachos de droite masculinistes) ?
    En fait, j’ai du mal à comprendre ce que tu appelles du « féminisme sexy » et le lien que tu fais entre Madonna et les Femen est très ténu… trop mince pour les mettre dans le même bateau… j’ai tenté de m’expliquer là-dessus un peu plus haut dans mon commentaire.

    Crois-tu sincèrement qu’il soit possible de manifester son féminisme en éradiquant toute lien à la sexualité, à la séduction et aux relations de pouvoirs intimes entre hommes et femmes ? Moi pas, tu l’aura compris. Ce que je déplore, c’est que certaines s’en servent pour leur commerce, tandis que les autres s’en servent idéologiquement. Je défends les dernières, pas les premières…

    Certaines femmes féministes pensent que l’égalité entre homme et femme se joue sur le même terrain (individualiste, et malheureusement souvent capitaliste) parce que chacun pourrait y retrouver son profit… Culturellement, hommes et femmes sont définis et se définissent différemment, cultivent cette différence… et défendent fermement leurs particularités, mais celles-ci ne doivent concerner que la sphère privée, non publique. Je comprends cela, c’est à mon avis, la solution la plus humainement envisageable pour le moment…. (pour faire un parallèle : la laïcité, c’est publique… La religion, c’est privée…à chacun ses croyances et la liberté de les exprimer). C’est une position très pragmatique qui tient compte des comportements et des valeurs actuels…

    D’autres féministes tendent à vouloir éliminer la différence sexuelle et culturelle, pour mettre sur le même pied d’égalité hommes et femmes, tant dans la sphère privée que publique. C’est à mon avis ta position et bien souvent la mienne… mais une telle transformation n’arrivera à mon avis qu’après une distinction entre sphère privée et sphère publique. En d’autres termes, il est possible et souhaitable de contrôler les rapports de pouvoir entre hommes et femmes dans la sphère publique et même les condamner… mais pour arriver à une sorte d’équilibre de ces rapports dans la sphère privée, cela prendra plus que des lois, mieux que des lois… autre chose que des lois.

    Je trouve toujours cela très drôle lorsqu’on dit que les hommes se féminisent lorsqu’ils entrent eux aussi dans la séduction et le besoin de plaire… Allons-nous, parce qu’ils se « féminisent » de la sorte, les condamner (comme le font les machos et tout le système patriarcal et religieux)? Non, je pense qu’ils devraient être plus nombreux à le faire même… L’égalité ou la porte de sortie dont tu parles pourrait être celle-ci: la prise en compte pour soi-même des valeurs traditionnellement octroyées ou réservées aux femmes. C’est de ce mélange des genres, des valeurs, qu’arrivera à mon humble avis notre salut… C’est la même dynamique qui rendra les gens plus tolérants et moins racistes, moins misogynes, moins homophobes, c’est par l’intégration de l' »autre » (avec les transformations que cela impliquent… ces petites révolutions personnelles) qu’hommes et femmes s’émanciperont vraiment ! non par un déni de la séduction ou du « sexy » qui est parfaitement humain ! 😉

    NB: Tout ceci a trait à l’identité, à l’image que nous renvoyons et que nous avons de nous-mêmes, aux traits particuliers qui nous définissent et à la volonté de certain(e)s à ce que ces traits demeurent stables… (souvent en opposition aux traits de l’autre…). Mais mon commentaire est déjà trop long… 😉 et tes autres articles en parlent très bien !

    Le problème demeure complexe et c’est pour cela que je lis attentivement et avec beaucoup de plaisir ton blog.

    Vive la diversité sous toutes ses formes et dans tous les domaines et l’intégration pour soi, en soi, de cette diversité !

  2. Il y a en effet beaucoup de choses dans ton commentaire! Je n’ai pas lu l’article en question et je vais le faire avec intérêt. Il y a vraiment des gens pour dire que ces femmes à moitié nues dans les vidéoclips (à côté d’hommes tout habillés) font quelque chose de valorisant et que si ça les valorise en tant qu’individus, c’est du féminisme. Bien sûr, cette vision du féminisme est critiquée, mais elle existe vraiment, c’est le ¨girl power¨. Elle est critiquée, entre autres, parce qu’elle confond intérêt individuel et intérêt collectif.

    • Bien des choses sont dites… et des fois, il vaut mieux être sourds 😉 Je pense que les petites filles qui se mettent quasiment à poils dans les vidéos faites par des gars… répondent aux désirs de ces gars et qu’effectivement elles ne sont pas féministes. D’ailleurs, je pense qu’elles s’en foutent d’être féministes, elles ont d’autres préoccupations dans la vie… Maintenant, il y a des vidéos de filles, quasiment à poils aussi, qui se comportent comme des gars… se touchent en nous regardant dans les yeux, etc. bref, la même attitude… et ça, ça me dépasse un peu, j’avoue… C’est, je pense, ce que tu appelles le « girl power » (Madonna, etc.) Une femme peut séduire avec son sexe sans pour autant mimer littéralement le geste d’un gars, à moins que le gars soit gay… ou la chanteuse lesbienne (ahahhahah, je rigole tout seul 😉 ). Le dernier « girl power » que je connaissais, c’était les Spice Girl…
      Bref, sans rigoler, cela me fait penser également au « black power » dont le mode d’organisation a inspiré les féministes. Il va sans dire que ce mouvement ne signifiait pas la suprématie des gens de couleurs noires sur les autres et,de fait, le « girl power » ne devrait pas signifier la suprématie de la femme sur l’homme… Mais les deux représentes la même lutte frontale, radicale contre les pouvoirs en place qui les oppriment. Il va sans dire qu’il s’agissait d’intérêts collectifs et non individuels. Mais le monde a changé et l’individualisme est devenu roi… mêlant le meilleur (libertés individuels, de conscience, etc.) au pire (profit personnel au détriment des autres, etc.) – le pire existant depuis que l’homme est homme, je suis assez content de voir apparaitre le meilleur côté. Il ne faut donc pas s’étonner de voir différentes formes de féminismes, comme il y a différentes formes de culture… entre Madonna et Olympe de Gouges…. il y a des rivières… 😉 ce n’est pas le même niveau… chacun fait ce qu’il peut, faut croire 😉
      NB: mon commentaire précédent est plus intéressant 😉

  3. Comment peut-il y avoir plusieurs féminismes ? sauf à vouloir atteindre des buts différents -autre chose que l’égalité-, je ne vois pas comment ni quel(s) but(s) ?…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s