De la viande et des hommes

…Ou les stéréotypes sexistes jusque dans l’assiette

3692_Parr_Toronto_145782_med

Photo : Martin Parr

«Quand je cuisine pour des femmes, je fais toujours du poisson, paré de légumes, mais jamais de la même façon. La mer est savoureuse, tendrement féminine et évoque les confidences. Avec mes amis mâles, c’est du steak que je partage. La viande rouge se prête aux viriles amitiés et nourrit les franches discussions.» (Philippe-Antoine Lupien)

L’équipe de Ricardo Larrivée, un cuisinier très médiatisé au Québec, fait présentement campagne pour donner aux hommes l’envie de cuisiner. Sur son site, sont maintenant répertoriés 50 «faits» sur les gars et la bouffe. C’est là que j’ai découvert qu’il y avait des choses à ne pas dire à un homme quand il cuisine : «Hache la ciboulette, je m’occupe des steaks» et «Qu’est-ce que tu dirais qu’on devienne végétariens?» en feraient notamment partie. On propose également des «recettes de gars», des «restos où sortir avec son homme» ainsi que des témoignages poignants comme celui cité ci-haut. Si je comprends bien la logique de Ricardo, amener les hommes aux fourneaux serait une entreprise délicate, mais envisageable, à condition que leur virilité ne soit pas pas mise à l’épreuve. Voilà sans doute pourquoi, dans cette campagne, on ne fait pas l’économie de stéréotypes sexistes, dont celui selon lequel certains aliments seraient féminins et d’autres, masculins, comme la viande, principalement.

J’aime beaucoup, je l’avoue, les émissions de cuisine. J’ai cru remarquer que chez plusieurs étoiles culinaires parmi les plus en vue, la viande tient encore le haut du pavé. Je n’ai rien contre les carnivores, mais ce qui m’agace, c’est quand ce penchant devient statement, source de fierté, élément clé de l’identité. Que deviendrait, en effet, Martin Picard du restaurant Au pied de cochon sans la viande? Dans la série Martin sur la route, on pouvait d’ailleurs le voir traquer lui-même sa proie en milieu naturel. Je pense aussi à Gordon Ramsay qui, dans l’émission britannique The F Word, apparaissait triomphant devant le public du studio, une bête fraîchement abattue sur les épaules. Et que dire de ces jeunes chefs hipsters, qu’on voit dans des téléréalités comme Top Chef, qui se font tatouer de coupes de viande et qui ne jurent que par le bacon?

saucisse main

Photo : Martin Parr

Peut-être que cet amour de la viande crié haut et fort constitue une forme de résistance face aux mouvements végétarien et végane qui gagnent en popularité. Car, bien que ces tendances soient mieux adaptées aux réalités du 21ème siècle, tant d’un point de vue écologique qu’humanitaire, elle peuvent sembler contraires à un certain hédonisme qui est, lui aussi très actuel. De plus, elles rompent avec une tradition qu’on pourrait vouloir conserver. Mais le culte de la viande est aussi le culte du pouvoir : celui de se trouver au sommet de la chaîne alimentaire et celui associé à la masculinité.

Dans The Sexual Politics of Meat, Carol Adams souligne que la consommation de viande est un indicateur de virilité dans les sociétés patriarcales à travers les époques et les cultures. En situation de famine, ce sont souvent les femmes qui sont privées de viande. En Éthiopie, par exemple, les femmes et les filles préparent deux repas : un premier pour les hommes et un second pour les femmes, souvent exempt de viande. Dans les Îles Salomon, les femmes ont rarement le droit de manger du porc. En Indonésie, la viande est considérée comme la propriété des hommes. En Afrique équatoriale, l’interdiction pour les femmes de manger du poulet est chose commune. En Angleterre, une étude réalisée à partir de livres de recettes révèle que pour le thé de la la fête des mères, le menu proposé ne comporte habituellement pas de viande, tandis qu’à la fête des pères, c’est le London broil, un plat à base de bœuf, qui est à l’honneur. Au 19ème siècle, dans les familles anglaises de classe ouvrière, la viande était une denrée de luxe, généralement réservée aux hommes.

saucisse bouche

Photo : Martin Parr

Si la consommation de la viande est traditionnellement associée aux hommes, à l’inverse, le végétarisme et le véganisme sont assimilés à la féminité. Et quand vient le temps d’intéresser les hommes à des pratiques perçues comme féminines telles que manger du tofu et cuisiner, il semble qu’il soit nécessaire de valoriser au passage leur masculinité. Selon la sociologue américaine Corey Wrenn, pour atteindre un public masculin et rendre un concept très féminisé acceptable pour une société patriarcale où le féminin est souvent méprisé, il importe de s’appuyer sur une question de «masculinité authentique». L’équipe de Ricardo l’a compris. PETA, un organisme qui milite pour les droits des animaux l’a compris aussi.

Dans la publicité «Boyfriend went vegan» (Mon petit ami est devenu végane) dont j’ai parlé ici, PETA fait un amalgame douteux entre la puissance (voire, la violence) sexuelle et le véganisme. Suite à une nuit «torride», une jeune femme peine à marcher et porte un collet cervical. Malgré son état, elle se traîne péniblement hors de l’appartement pour aller chercher des légumes à son copain, en guise d’encouragement. Outre cette pub de mauvais goût, l’organisation utilise depuis des années le corps des femmes pour vendre sa cause. On leur doit aussi les «Lettuce ladies» (Femmes-laitues) qui, vêtues d’un bikini de feuilles vertes, tendent des hot dogs sans viande à la foule lors d’événements promotionnels. Sur la page «Veggie love casting sessions», on voit des vidéoclips de femmes simulant des actes sexuels avec des légumes pendant que des hommes, derrière la caméra, leur donnent des instructions.

PETA Lettuce Ladies On Capitol Hill

Photo : Pete Marovich

On l’aura compris, ces campagnes ciblent particulièrement les hommes hétérosexuels. PETA leur fait miroiter qu’à la virilité traditionnelle associée à la viande, pourrait se substituer une nouvelle virilité : celle des légumes, qui transforme ses consommateurs en bêtes de sexe, leur donnant ainsi accès à un monde peuplé de femmes en bikini n’ayant d’autres envies que de satisfaire leurs désirs sexuels. Et avec l’image de l’homme-consommateur et de la femme-consommée (puisqu’associée à la nourriture), nous touchons au coeur de la question. La masculinité, dans ce cas, repose sur l’objectification et la sujétion de la femme.

Le sociologue français Pierre Bourdieu s’est intéressé à la question de la masculinité. Dans La domination masculine, Il a écrit :

«La masculinité et la féminité sont indissociables ; être homme signifierait avant tout refuser tout attribut considéré comme “naturellement féminin”.»

«La virilité, on le voit, est une notion éminemment relationnelle, construite devant et pour les autres hommes, contre la féminité, dans une sorte de peur du féminin et d’abord en soi-même.»

Il est intéressant, à cet effet, de remarquer que pour protéger la virilité, on impose au véganisme une division genrée, créant ainsi deux catégories distinctes : le véganisme féminin et le véganisme masculin. Corey Wrenn illustre ce phénomène en mentionnant quelques titres de livres de recettes véganes. Parmi ceux qui s’adressent aux femmes, il y a Skinny bitch, Become a sexy vegan bitch ou encore Eat yourself sexy. Du côté des hommes, on trouve Skinny bastard, Real men eat tofu et Eating veggies like a man. On doit au Boston Globe le néologisme heganism, («he» comme dans «lui») pour parler de ces hommes qui abandonnent les produits issus des animaux. Comme si le terme «véganisme» ne pouvait englober les deux sexes, puisque perçu comme trop féminin.

Les campagnes incitant les hommes à devenir véganes et celle de Ricardo pour amener ceux-ci dans la cuisine utilisent la même tactique : celle de prendre ce qui est considéré comme féminin et de le faire «autre». Comme la cuisine et le végétarisme ou le véganisme sont considérés comme le terrain des femmes, les concepteurs de ces campagnes ont cru bon d’en évacuer le féminin afin que les hommes aient le courage de s’y aventurer. Évidemment, Ricardo, les auteur-e-s de livres de recettes véganes et même PETA ne sont pas là pour changer le monde, mais bien pour vendre un produit, une idée. Par contre, leurs stratégies de marketing témoignent de la présence de stéréotypes de genre jusque dans l’assiette. Ce branding «pour hommes seulement» parle également d’un certain rejet, voire, d’une peur, comme dirait Bourdieu, du féminin.

Advertisements

S.P.M: Syndrome de persécution du mâle

imageD’aussi loin que je me souvienne, on disait des hommes qu’ils étaient en crise. À l’âge de douze ou treize ans, m’intéressant à la psycho pop, j’écoutais Janette Bertrand et Guy Corneau au sujet des hommes roses à l’émission Parler pour parler. Un peu plus tard, Denise Bombardier parlait des excès du féminisme dans La déroute des sexes et d’une nécessaire réconciliation entre ces derniers. Par la suite, on entendait le psychologue Yvon Dallaire, grand défenseur de la cause masculine, pleurer le sort des hommes sur toutes les tribunes. Ces propos sur la masculinité en péril peuvent donner l’impression que les mouvements pour les droits des femmes et des homosexuels ont fait des gains sur le dos des hommes hétéros, en privant ces derniers de leur masculinité. On en vient alors à se demander si le féminisme ne serait pas allé trop loin, trop vite.

Ce discours alarmiste, quand il n’est pas carrément haineux, traduit un profond désarroi lorsqu’il est porté par des masculinistes assumés. Voici quelques citations d’“hommes en crise” anonymes tirées du film La domination masculine :

  • «Le Québec est l’opposé du régime taliban : les talibans oppriment la femme, le Québec opprime l’homme.»
  • «L’homme est castré parce que la femme, en allant chercher le revenu, joue le rôle traditionnel du mâle.»
  • «Il y a des générations sacrifiées d’hommes moumounes, qui ont peur, qui font le tapis, qui pissent assis.»
  • (En parlant du féminisme) «Ce sont des idéologies de mort, de mort de la société.»
  • «Le féminisme est un crime contre l’humanité.»
  • «C’est exactement comme sous l’Allemagne nazie, ce n’est pas plus subtil.»

La réthorique masculiniste, dans un style à peine plus modéré, est fréquemment véhiculée dans les médias. Récemment, le chroniqueur Jean-Jacques Samson en appelait, dans le journal de Québec, à la création d’un Ministère de la condition masculine ayant pour but de rétablir l’égalité des sexes. Mais si Samson désirait vraiment l’égalité, (ou s’il s’était informé avant d’écrire son plaidoyer), il aurait aussi suggéré qu’on crée un ministère de la condition féminine, car comme le souligne Fannie B. dans sa réplique Ministre de la bêtise, un tel ministère n’existe pas non plus.

L’auteur décrit une “vision d’horreur” du futur selon laquelle, dans la majorité des couples, la conjointe gagnera davantage que le conjoint : «[…] Puisque madame occupera un poste de responsabilité et que son horaire sera moins flexible, l’homme prendra ses congés mobiles pour s’occuper de l’enfant […]. Il se chargera de la plupart des tâches ménagères. Il gérera le frigo et le garde-manger. Prisonnier de cet esclavage, son statut péréclitera, tout comme sa confiance en lui. Sa production de testostérone chutera. L’homme québécois est destiné à devenir un être de catégorie inférieure, sous domination féminine. À conduire la petite deuxième voiture, tandis que madame ira à son important meeting au volant de sa BM.[…]» Samson ne dénonce pas le fait que cette condition soit vécue majoritairement par des femmes, mais la compare à de l’esclavage si elle est vécue par des hommes. On l’avait compris, ce qui préoccupe surtout le chroniqueur c’est que les privilèges masculins demeurent intacts.

L’écrivain et célèbre polémiste français Éric Zemmour partage avec Samson cette vision apocalyptique de l’égalité des sexes. Le seul pouvoir que Zemmour semble reconnaître à la femme, à part celui qui découle de son rôle traditionnel est le pouvoir de castrer. Le fait qu’il y ait de plus en plus de femmes en politique est très, très mauvais pour notre civilisation, car ces dernières, n’étant pas faites pour cela, diluent le pouvoir. Les hommes et les femmes sont par nature si différents qu’ils doivent se contenter de rester confinés à leurs rôles sexuels stéréotypés. Voici quelques citations tirées d’une entrevue :

  • «Si les femmes ont écrit moins de livres c’est qu’elles créent moins et transgressent moins que les hommes, c’est qu’elles n’ont pas le même type d’intelligence que les hommes.»
  • «Les hommes ne sont plus des transgresseurs, car ils sont féminisés, castrés, soumis à l’idéologie dominante, ils ne sont plus des hommes.»
  • «L’interchangeabilité des rôles est en train de détruire notre société.»
  • «La féminisation des hommes est la cause du divorce de masse.»

J’aurais pu citer bien d’autres hommes atteints de S.P.M, mais on a bien compris leur message : le party féministe a assez duré et il est temps que les femmes cessent de s’aventurer en terrains “masculins” avant qu’il ne reste plus de testostérone et que notre civilisation s’extermine d’elle-même! Bien sûr, ces discours suggérant qu’on se dirige vers un matriarcat ou que l’égalité soit dévirilisante ne s’adresse pas qu’aux hommes. Il cherche aussi à manipuler les femmes en les culpabilisant et en les divisant entres elles. Si, comme le prétendent les masculinistes, le féminisme a tué le couple, et bientôt la civilisation, quelle femme voudra alors être féministe?

L’écrivain et professeur Francis Dupuis-Déri s’intéresse à la réthorique de la crise de la masculinité. Il remarque qu’«Alors que se diffuse ce discours de crise, ce sont encore des hommes qui contrôlent le plus souvent – seuls ou à la majorité – les institutions politiques, économiques, médiatiques, culturelles, religieuses, policières, militaires et sportives, ainsi que les organisations criminelles.» De plus, «Contrairement à ce qu’affirme ce discours, les hommes ne manquent pas de modèles masculins conventionnels». Fait intéressant, Dupuis-Déri constate qu’en Occident, les hommes se prétendent en crise depuis au moins cinq siècles.

En effet, il y aurait eu, à répétition, des “crises de la masculinité” durant plusieurs périodes historiques, dont la Renaissance en France et en Angletterre, la Révolution française, l’Allemagne du début du XIXe siècle, ainsi qu’en Italie et en Allemagne, dans les régimes fascistes des années 20 et 30, pour ne nommer que celles-là. Le discours de la crise de la masculinité a également été porté par des figures emblématiques états-uniennes, comme les présidents Roosevelt et Reagan et françaises comme Guy de Maupassant et Émile Zola. Cette réaffirmation d’une masculinité conventionnelle survient à des époques où, paradoxalement, les femmes qui se taillaient une place dans la sphère publique étaient rares. Dupuis-Déri croit que ces discours «agissent comme une stratégie réthorique pour discréditer des femmes qui s’émancipent, ou cherchent à s’émanciper et qui sont désignées comme les causes de la crise.»

L’homme tel que perçu par les porte-voix du discours de la crise de la masculinité construit sa masculinité sur la domination de la femme. Dupuis-Déri a démontré qu’à travers les siècles, l’impression de crise de la masculinité est apparue de manière récurrente. Or, cette “masculinité dominante” se sentira menacée tant et aussi longtemps que l’ordre patriarcal sera remis en cause. Si la souffrance des masculinistes est bien réelle, ceux-ci semblent se tromper quand vient le temps d’en identifier les causes. Leur douleur n’est pas causée par les femmes, ni par le féminisme. Elle découle plutôt de la pression subie par le modèle d’homme traditionnel, auquel ils sont très attachés, mais qui est incompatible avec l’égalité des sexes. De là l’importance de s’extraire de l’emprise des modèles conventionnels de genre.

Nostalgiques des « vrais » hommes?

publicité sexiste

Récemment, je suis tombée sur un commentaire d’une amie Facebook, au sujet des “vrais hommes”. Une espèce en voie de disparition, disait-elle. Les hommes, les vrais, sont “ceux qui décident et ne se laissent pas faire par leurs blondes”. En bas de cette affirmation, le lien vers un article du Figaro intitulé “Où sont passés les hommes?”. Son auteure, Sophie Roquelle, pleure la fin imminente du mâle dominant qui régnait en maître sur nos sociétés occidentales. Les responsables? La lutte contre le patriarcat via « la théorie du genre » [1] et le mariage pour tous. Autrement dit, les féministes, une théorie qui n’existe pas et le mariage homosexuel seraient en train d’achever le saccage de l’identité masculine… Rien de moins!

J’ai d’abord trouvé étrange qu’une jeune femme intelligente et en pleine possession de ses moyens colporte ces propos aussi simplistes qu’alarmistes. Comment une femme, elle-même émancipée pouvait-elle avaler l’idée que les hommes seraient en crise parce que les femmes en mèneraient trop large en Occident? Je me suis dit qu’elle avait dû lire l’article un peu trop vite et qu’elle a pu se laisser emporter par un élan de frustration, après tout, il est si facile de prendre position pour tout et pour rien sur les médias sociaux. Son “post” a suscité de vives réactions, entre autres, de masculinistes se sentant interpelés. Elle a même affirmé que chacun devait être “souverain dans son rôle”. Quels rôles? Je commençais à voir rouge. Puis, consternée, j’ai constaté dans ses interventions, qu’elle prenait clairement position contre les féministes qui, selon elle, ont créé ces hommes effeminés et sans colonne vertébrale.

Pourtant, ce n’est pas comme si les hommes “masculins” n’avaient plus la cote. Des femmes de tous âges, et des hommes aussi, parlent des “mâles virils” avec délectation et parfois même avec une certaine nostalgie. Mais, pour reprendre le terme de cette amie Facebook, ce “vrai homme” peut-il exister en dehors d’une relation de domination? Ou plus encore, au sein d’une société où certaines inégalités entre les hommes et les femmes tendent à se réduire? Mais d’abord, qu’est-ce que la masculinité?

Selon Pierre Bourdieu, la masculinité et la féminité sont indissociables. Être un homme signifierait, avant tout, refuser tout attribut considéré comme “naturellement féminin”. C’est par un processus psychosomatique de virilisation et de féminisation que les rapports de domination obtiennent une apparente légitimité biologique. [2] À mon avis, ce qui révolte le plus les masculinistes et autres antiféministes est le fait que l’émancipation des femmes viendrait chambarder un certain “ordre naturel des choses” auquel ils croient dur comme fer. Pour eux, trop de femmes tenteraient de devenir des hommes en usurpant à ces derniers leurs “qualités masculines” tout en refusant leur propre féminité. Et c’est en remettant la femme “à sa place” (dans son rôle “naturel”), en réhabilitant la féminité, que l’homme aurait de nouveau accès à sa virilité perdue est s’assurerait que ses privilèges demeurent intacts.

Sans parler des différences physiques évidentes entre les hommes et les femmes, quelles seraient donc ces attributs qui sont, dans la croyance populaire, considérés comme “féminins” et “masculins”? Quels sont ces traits souvent perçus comme “naturels”? Bien sûr, la femme serait douce, émotive, sensible, maternelle, intuitive, empathique, passive et réceptive. L’homme, de son côté serait fort, pourvoyeur, rationnel, actif, courageux, aventurier, individualiste, autoritaire, puissant, pour en nommer quelques-unes. Mais si la virilité était vraiment un phénomène inhérent à l’homme et pas une construction sociale, pourquoi aurait-elle alors besoin qu’on lui oppose la féminité pour réaliser son plein potentiel?

Quand je pense virilité, le premier personnage qui me vient en tête est celui de Don Draper, de la télésérie Mad Men dont l’histoire se déroule dans les années 60. Et comme virilité rime avec pouvoir de séduction, il se trouve aussi que Don Draper est le séducteur parfait. Il fascine les hommes autant que les femmes et le personnage est devenu beaucoup plus célèbre que l’acteur qui l’incarne. Si aucune femme ne lui résiste, ni ne le domine, c’est qu’elles ont toutes infiniment moins de pouvoir que lui dans la société. Bien qu’il cadre tout à fait dans les critères de beauté de l’époque, le pouvoir de Don Draper n’est pas le résultat de la nature (du moins, pas uniquement) mais s’appuie plutôt sur un ensemble de privilèges qu’offraient la société patriarcale aux hommes blancs et nantis de ce temps-là. Dans la sixième saison, toutefois, le pouvoir de Don Draper semble quelque peu ébranlé et il serait intéressant d’établir un parallèle entre sa perte de pouvoir et les bouleversements que connaît la société vers la fin des années 60.

Dans une moindre mesure, les autres personnages masculins de la série jouissent également de ce pouvoir, et en profitent. Ils n’ont peut-être pas le charme de Draper, mais ils arrivent tout de même à séduire les secrétaires ou autres subordonnées. Ils traitent ces dernières de manière condescendante et infantilisante, les ridiculisant lorsqu’elles tentent un tant soit peu de s’aventurer en terrain masculin, c’est-à dire, celui des décisions et des opinions. En revanche, elles sont valorisées pour leurs qualités féminines, notamment leur apparence physique et leur discrétion. À chacun son rôle. Si de tels hommes avaient autant de pouvoir et pouvaient être considérés comme virils, c’est que les femmes en avaient significativement moins et restaient bien confinées à l’intérieur des limites de la féminité.

Aujourd’hui, les aspirants Don Draper ne peuvent plus bénéficier des “conditions gagnantes” d’autrefois. Bien que le sexisme ait encore de belles années devant lui, que les femmes gagnent seulement 76% du salaire des hommes [3] et qu’elles soient encore largement sous-représentées dans les hautes sphères du pouvoir, les rapports de domination ne sont plus ce qu’ils étaient. Les femmes occidentales jouissent (du moins en théorie) des mêmes droits que les hommes. Comme l’émancipation des femmes a apporté plus d’équilibre dans les rapports entre les sexes, il est en effet probable que le mâle dominant soit appelé à disparaître. Mais s’en plaindre serait inconséquent, à moins que nous soyons prêtes à nous désémanciper, ce dont je doute fortement. Certains hommes accusent les femmes de ne pas savoir ce qu’elles veulent dans leurs relations avec les hommes. Je leur donne raison sur ce point : moi-même, je me demande ce que nous voulons : un homme puissant et viril, ou un homme qui soit notre égal?

Il est désolant que pour certaines personnes, l’homme dans un contexte plus égalitaire soit perçu comme efféminé, puisqu’il n’est plus le dominant. Pour réhabiliter les “vrais hommes” dont elle est nostalgique, cette amie Facebook serait-elle prête à sacrifier les acquis que les mouvements de femmes lui ont permis d’obtenir? Renoncerait-elle à sa liberté de parole? Accepterait-elle d’être dénigrée au travail par ses collègues masculins? Comment réagirait-elle si son partenaire lui suggérait de ne pas travailler? S’il refusait de changer des couches parce que ce n’est pas son rôle? Le discours catastrophiste des masculinistes et autres antiféministes est, en fait, un discours de contrôle visant à maintenir l’ordre patriarcal et limiter l’émancipation de la femme. Ne tombons pas dans ce piège.


  1. La “théorie du genre” n’existe pas. «On parle plutôt de « concept de genre“. Ce dernier permet d’étudier les comportements individuels ou collectifs et les expressions culturelles qui ne sont pas imputables au sexe biologique […] Il serait une erreur de maintenir que les chercheurs du genre nient ”toute distinction“ entre les sexes biologiques. Au contraire, la majorité des chercheurs acceptent ce fait. Ils l’interrogent pour porter un regard critique sur la manière routinière de vouloir tout expliquer par la biologie.» Rue89  ↩
  2. Pierre Bourdieu, La domination masculine (1998)  ↩
  3. Salaire annuel pour les travailleurs à temps plein au Canada. lien  ↩